EXPERTISE et ESTIMATION PREALABLE : Les conseils ne peuvent pas être les vendeurs.

Publié le par Biznessrisk

Toute estimation émanant d’un assureur ou d’un courtier qui n’est pas étayée par une expertise technique neutre et indépendante (le conseil ne peut pas être le vendeur), avec estimation des valeurs satisfaisante, doit être rejetée.

L’estimation des valeurs d’assurance « vétusté déduite » est également à rejeter car incohérente avec un redémarrage dans de bonnes conditions d’exploitation.
BEKA-PRO, seul cabinet neutre valorisant et les actifs et les activités, a négocié une expertise déterminant des valeurs des risques à transférer aux assurances. Elle est réalisée en conformité avec les définitions figurant aux Conditions Générales des Polices d’Assurances ainsi qu’avec les procédures et usages adoptés par les Experts lors du règlement des sinistres.
Elle comprend :
- l’évaluation du ou des bâtiments en valeur de capacité d’exploitation.
- l’évaluation du matériel et des agencements, en valeur de capacité d’exploitation.

- l’évaluation des surcoûts d’exploitation pendant les périodes de reconstruction.
-  Principes de l’évaluation du sinistre maximum possible (SMP) : Clarification sur la notion du « Scénario du Pire ».Tous les scénarios « concevables » sont pris en considération. Le scénario catastrophique tel que la chute d’une météorite, l’impact de deux avions simultanément sur un site, un tremblement de terre exceptionnel dans une zone réputée non sismique est un scénario « inconcevable ». Ces scénarios ne sont pas considérés pour le calcul du SMP.
En revanche, le scénario possible tel qu’une catastrophe naturelle dans une zone réputée exposée, les risques liés au voisinage, l’impact de la chute d’un avion estt tout à fait « concevables ». Ces scénarios seront pris en compte dans le calcul du SMP.
Le SMP (Sinistre Maximum Possible) est l’estimation du préjudice le plus important, exprimé en termes monétaires, pouvant résulter d’un seul événement garanti touchant le bien assuré.
Cette définition suppose que tous les systèmes de préventions y compris les moyens de lutte externes, sont inopérants, et qu’en cas d’incendie le feu n’est arrêté que par un obstacle infranchissable ou par manque de matières combustibles (les murs coupe-feu ne sont pas considérés comme un facteur limitant le SMP).

Le calcul du « SMP dommages » ne doit pas se limiter au scénario incendie/explosion, une attention particulière sera portée : aux risques naturels, à la chute d’aéronef, aux événements sociaux, aux catastrophes d’origine humaine.
- Règles communes de base. Le souscripteur est responsable en dernier ressort de l’évaluation du SMP. Toute estimation émanant d’une cédante ou d’un courtier qui n’est pas étayée par une documentation technique satisfaisante doit être rejetée.
Le SMP total sur un compte est la somme des dommages matériels et des pertes d’exploitation pour le scénario du pire. En l’absence d’information sur la répartition des sommes assurées ou d’un rapport d’expert. SMP = 100 % des sommes assurées (y compris la clause d’ajustement si elle est présente).
Le SMP incendie ne peut pas être inférieur à :
- 40 % des sommes assurées s’il n’y a qu’un seul site.
- 25 % des sommes assurées totales (tous sites confondus) et à 40 % des sommes assurées du site le plus important.
Les autres règles restant vérifiées par ailleurs. Les grands comptes adossés à un dossier technique peuvent faire exception à cette dernière règle.
C’est la maîtrise totale de ces règles qui font de BEKA-PRO le cabinet le plus à la pointe des problématiques d’assurabilité quand aux risques complexes.

 

Commenter cet article