ESTIMATION PRÉALABLE de crise

Publié le par Biznessrisk

 ESTIMATION PREALABLE : gestion de risques pour dirigeants de PME PMI

- Fonciers, terrains

La définition concernant la pollution accidentelle et la pollution graduelle doit être éclaircie.

La prise en charge de la dépollution de son propre terrain en mesure de sauvegarde doit être prise en compte dans une garantie.

 Valeur vénale du foncier : elle doit être calculée en déduisant le coût de dépollution potentiel après un audit d’environnement.
(Les valeurs vénales de foncier sont souvent fausses dans les actifs au bilan de ce fait).

- Bâtiments

La part bâtiment et la part process doivent être précisément déterminées. La part bâtiment a une valeur vénale ; la part process n’a de valeur de marché que ce que voudra bien payer un acquéreur.

La part bâtiment peut être reconstruite à l’identique, la part construction process rarement du fait de l’évolution des technologies.

Une garantie type LCI sur les constructions immobilières spécifiquement process est donc une piste à étudier.

Agencements

Les agencements hors bureaux sont majoritairement liés au process. La piste LCI applicable aux constructions immobilières peut être étudiée de la même façon.

Matériels (non robotiques, non informatiques)

Les garanties demandées correspondent au rachat d’un matériel neuf plus performant, différent et voire moins cher. Le remplacement à l’identique vétusté déduite n’est pas forcément approprié. Il est en tous cas mal perçu par les dirigeants.

Matériel informatique robotique

Les inventaires avec valorisation et remplacement à l’identique ne correspondent plus ni à la demande ni au marché. Le principe d’une LCI où une garantie « capacitive » (type ZURICH) correspond mieux à la demande.

Biens confiés

Biens confiés en dommages : En tout lieu, En transport, En manutention hors process (stockage dynamique), En stock produit fini.

Les biens confiés posent de gros problèmes de propriété et de valeur (un moule est payé par le client au fur et à mesure des fabrications sur la base d’un pourcentage par pièce, et le client ne le déclare pas dans les immobilisations pour ne pas payer de taxe professionnelle).

Biens confiés en RC exploitation : En manutention en cours de process, Sur machine process, Chez des sous-traitants.

Nous considérons, devant la complexité des paramètres, qui de plus sont hautement variables en quantité et en valeur au jour le jour, que les biens confiés devraient faire l’objet d’une ligne de garantie totalement séparée des autres garanties.

Responsabilité Civile

RC Exploitation

BEKA-PRO a développé une analyse modélisée sur les risques RC exploitation.

Il ressort des expertises dans le secteur de la plasturgie les problèmes suivants :

Fabrication à marque de tiers

Les produits thermoformés ou injectés sont fabriqués à la marque du client avec les références client.

Le préjudice à l’image d’un tiers est donc une constante tant en RC exploitation qu’en RC après livraison.

Arrêt de chaîne

Le risque de la RC exploitation est lié au débit élevé de fabrication et au flux tendu. Le risque est alors d’arrêter, par rupture de stock, la chaîne de son client.

 

RC après livraison

BEKA-PRO a développé une analyse modélisée sur les risques RC après livraison.

Il ressort des expertises dans le secteur de la plasturgie les problèmes suivants :

Immatériels consécutifs et non consécutifs

Il est possible avec notre méthode de les calculer ligne de produit par ligne de produit sur la base des quatre mises en cause possibles Technique, contrôle, conseil, contractuel.

Retrait

Le calcul théorique du coût d’un retrait est possible aujourd’hui. Depuis 1993, nos méthodes ont été testées sur le terrain.

Dépose-repose

Nous considérons que le calcul retrait et le calcul dépose-repose sont différents.

Dans nos analyses nous séparons donc ces deux lignes de garanties.

RC mandataire social

Il s’agit là d’une préoccupation du dirigeant qui se rend compte aujourd’hui qu’une insuffisance de garantie en RC après livraison peut lui valoir deux types d’attaque.

Attaques externes

Réclamations clients voire administrations en cas de corporels.

Attaques internes

Réclamations des actionnaires pour dégradation du compte d’exploitation du fait d’insuffisance de garantie.

Conformité – assurabilité

Toute entreprise doit : exploiter en conformité, vendre des produits conformes.

Une non-conformité n’est pas assurable. La non-conformité d’exploitation et la non-conformité des produits livrés entrent dans le champ des exclusions des compagnies d’assurances.

L’analyse des risques doit donc intégrer :

valorisation des actifs  comprenant la conformité des actifs

valorisation des activités comprenant la conformité des activités

Hiérarchisation des risques : Les actifs, Les activités, Les produits (vice apparent, vice caché, non-conformité).

Hiérarchisation des responsabilités :

Responsabilité technique : Exploitationet Produit livré

Responsabilité de contrôle : Normes ISO Sécurité des travailleurs

Responsabilité de conseil :Exploitation/formation, Produit, Notice/mode d’emploi

Responsabilité contractuelle :

       Conformité

       Garantie contractuelle constructeur

       Marché, cahier des charges

       Conditions générales de ventes

       Contrat assurance qualité

       Conditions générales achats

       Autres engagements…

Perte d’exploitation

Le calcul d’une perte d’exploitation traditionnelle basé sur :

Marge brute/CA/période de reconstruction, n’est pas cohérent avec la réalité.

Aucune entreprise dans le monde  livrant ses clients en flux tendu ne peut être absent de son marché plus de 6 mois.

L’entreprise va donc prendre des mesures de sous-traitance en surcoût d’exploitation pour garder ses clients et son fonds de commerce.

Piste à suivre et à mettre impérativement en place : garantir le surcoût. Ce qu’aucun cabinet d’expertise du marché ne préconise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article