Compétitivité code du travail et prud'homme

Publié le par Biznessrisk

L'esprit d'entreprendre c'est prendre des risques. Le risque subit et aléatoire doit être transférer aux assureurs (devoir de précaution). Le risque problable doit s'auto-financer (devoir de prudence).

Les risques en France deviennent autant humains que technologiques. Le risque d'embaucher et de ne pas avoir le retour sur investissement de cette embauche est aujourd'hui considéré par les PMI PME comme un risque probable, donc a autofinancer.  Auto-financer quoi ? : Le coût de la formation (à provisionner en risque de pertes), le coût d'un procès au prud'homme (6 mois de salaire en moyenne hors avocats).

Quelle PME PMI va se lancer dans une telle aventure ? Quel expert comptable va accepter un provision de 6 mois de formation et de 6 mois de risques prud'homaux ?

Partant du principe que la présomption d'innocence n'éxiste plus pour un "patron" aux prud'hommes, et qu'il s'agit bien d'un procès à charges, il faut pourtant le provisionner.

Provisionner en risque 12 mois de salaire à L'embauche permet un avantage fiscal qui peut favoriser l'emploi.

Modifier le mode de fonctionnement des tribunaux prud'hommaux est indispensable pour les "patrons". Dommage que la CGPME soit si laxiste sur ce dossier. 

Commenter cet article